dimanche 3 décembre 2017

Soudain la banquise, le monde d’avant les hommes - A propos de Le Brise-glace, un coup de coeur de la Librairie Sorcière La Boîte à Histoires à Marseille


En 2014, Gilles Rapaport a participé avec la journaliste Laurence Pivot, à une expédition dans le Grand Nord Polaire. Ils ont tous deux embarqué à bord de l’Amundsen, un brise-glace de recherche canadien. C’était parti pour dix jours de navigation et d’exploration sur l’océan Arctique, paysages sublimes, températures extrêmes. De cette expédition mémorable est né cet ouvrage écrit à quatre mains.

Avec beaucoup de sensibilité, Laurence Pivot nous relate son expérience, ses observations et ses sentiments à bord. On comprend à demi mots à quel point cette aventure fut pour elle intense et bouleversante tant elle l’a ramenait à ses souvenirs d’enfance lorsque son père lui racontait les conquêtes de sommets, les vies d’explorateurs et ces vastes étendues enneigées et sauvages.
« Soudain la banquise (…). J’ai un peu froid mais je ne veux pas rentrer à l’intérieur avec les autres. je veux rester là, à regarder. On pourrait croire qu’il n’y a rien ici, que de la glace à perte de vue. Mais en fait, c’est comme une immense page blanche sur laquelle je pourrais dessiner tous mes rêves. Moi, qui parle souvent beaucoup, je n’ai subitement plus de mots. Mes yeux pleurent. Je suis seule au monde. Qui pourra comprendre ? »

Si la journaliste semble aguerrie aux voyages lointains et aux conditions parfois extrêmes, tout semble un peu plus compliqué pour Gilles Rapaport qui raconte avec beaucoup d’humour ses difficultés d’acclimatation :
« Je suis en Arctique sur un brise-glace et les seules questions que je me pose depuis le départ sont: Où sont les toilettes ? Quand et où se doucher ? (est-ce bien nécessaire ?) Est-ce que mes pieds sentent à ce point ou ce sont mes chaussettes ? Jean-Pierre mon voisin de cabine ronfle-t-il ? (…) Suis-je obligé de parler aux gens ? Où est Internet !!! Qui a un ballon pour faire un foot ? »

Ainsi le texte de la journaliste et le récit de l’illustrateur alternent, entrecoupés de croquis, de photos et des magnifiques planches de Gilles Rapaport qui rendent tout la majesté des lieux, avec les mille et une nuances de bleus, l’immensité blanche tranchée par le rouge et le jaune qui dominent sur le bateau.

A bord, ce sont une trentaine de marins et vingt-cinq chercheurs de tous horizons qui se partagent ce terrain de jeu flottant de 100 mètres sur 15, avec des températures avoisinant les – 30 °. Ornithologues, climatologues, océanographes, cartographes, tous viennent étudier dans ce milieu presque vierge les impacts du changement climatique et de la modernisation. Sur le ton d’un témoignage, on suit leur vie à bord, la navigation périlleuse, le travail jour et nuit, la discipline quasi militaire, le froid indicible et les nuits de tempêtes où l’on peut à peine tenir sur sa couchette !

Si le voyage fut parfois rude, on comprend que cette terre du bout du monde, somptueuse et fragile, se quitte à regrets.

«Les icebergs aux formes fantasques dérivent majestueusement sur l’océan qui serpente à travers ce labyrinthe de terre, de pierre et de glace. Nous survolons une géographie sauvage, celle d’un monde sans humains. Le monde d’avant les hommes ».

La beauté des photos et des illustrations de Rapaport, la sensibilité du texte et sa drôlerie parfois, tout concourt à faire de ce documentaire un témoignage passionnant qui pourra sans nul doute susciter des vocations ou tout au moins donner à certains le goût de l’aventure.

Une très belle découverte et un super moment de lecture pour moi, alors n’hésitez pas, couvrez-vous bien et plongez !

Véro, Librairie Sorcière La Boîte à Histoires à Marseille

Voir des illustrations et des photos de cet album sur le blog de Gilles Rapaport.

Le Brise-glace, une expédition dans le Grand Nord Polaire