dimanche 10 septembre 2017

«Le jour où…» : une collection d'utilité publique… au moins à Marseille !




Comme moi dans ma librairie (et pas que dans ma librairie!)​, Thierry Lenain aime bousculer les clichés dans ses livres. C’est ce qu'il fait une fois encore avec les quatre premiers titres de sa nouvelle série citoyenne Le jour où, illustrée par Thanh Portal. Quatre titres qui abordent frontalement de vraies questions de société. Il n’y avait donc aucune raison (même pas le fait que l'auteur en question est aussi rédacteur en chef de Citrouille!) pour que je ne vous  présente pas cette collection citoyenne pleine d’enseignements et de fraîcheur, à proposer dès sept ans dans toutes les bibliothèques de classe. - Par Véronique Benay, librairie La Boîte à Histoires.
Le jour où on a mangé tous ensemble - Avec cette nouvelle série au format de poche et aux illustrations joyeuses et colorées, Thierry Lenain trace le sillon de son engagement en littérature jeunesse, en proposant des textes qui ouvrent le débat et invitent les enfants à dépasser les clichés et les archétypes parfois véhiculés par leurs aînés. Pour commencer, voici le casse-tête que représente l’organisation d’un pique-nique de classe quand l’un ne mange pas de porc, l’autre ne mange que halal et la troisième ne s’autorise que du poisson le vendredi… Heureusement la maîtresse, modératrice bienveillante, est tout à son métier: elle suscite les questions, fait circuler la parole et accompagne en douceur le cheminement des enfants. Un zeste d’imagination et de bonne volonté suffira alors à permettre un repas qui pourra être partagé par toutes et tous... On sait que les enfants ne s’encombrent pas de faux-semblants ou de détours, et c’est ce naturel sans a priori que l’auteur a utilisé pour mettre sur la table des thématiques de société ‒ ici, on l’aura compris, la laïcité. Aucun tabou dans les interrogations et les discussions; du coup les dialogues, toujours à hauteur du jeune lecteur, n’en sont que plus pertinents et savoureux.

Le jour où la France est devenue la France - Non, vous ne rêvez pas. Dans cette série de premières lectures, la dame noire n’est ni femme de ménage, ni cantinière, ni nounou. Elle est maîtresse d’école… dans un école française! Ok? Alors parlons peu mais parlons bien: c’est quoi, être Français? Est-ce être blanc, comme le pense avec évidence Tovi? «Ça va pas, non!?» proteste Miradie, la petite Française adoptée, qui pense cependant que la maîtresse, c’est sûr, vient comme elle d’Afrique puisqu’elle aussi a la peau noire. Perdu, Miradie! La maîtresse est née en France – comme ses parents d’ailleurs. Et Madame Okili de profiter de l’occasion pour expliquer d’où vient le mot «France»: d’un peuple qui s’appelait les Francs… et qui arrivait d’un autre pays. «Mais alors… Le mot “La France”, il vient d’un autre pays, comme moi!» s'exclame Miradie. Et oui, incroyable, notre pays est une si belle terre d’accueil qu’il a même accueilli ce qui allait devenir son propre nom! Il n’en faut pourtant pas plus pour réconcilier tout le monde avec ses origines et clamer... «Vive la France!»

Le jour où on a arrêté de faire la guerre - Pendant la récré les enfants s'amusent à la guerre... Drôle de jeu pour Madame Okili, la maîtresse, qui rapatrie aussitôt tous les élèves en classe pour une petite mise au point. La petite Raïssa manque à l'appel. La fillette traumatisée s'est réfugiée au fond du placard et refuse de parler: c'est qu'elle a réellement connu la guerre dans son pays, avec des bombes, des coups de feu et des gens morts par terre pour de vrai. Comment lui redonner le sourire et la force de parler? Ses camarades imaginent toutes les solutions pour, à l'avenir, éviter les guerres et protéger coûte que coûte les enfants. Ils organisent même pour cela des votes à main levée, comme les grands! Madame Okili n'est pas peu fière et clôturera cette séance citoyenne improvisée en expliquant l'origine et le symbole de la colombe de la paix. Eh oui… Imaginer et préparer un monde meilleur, ça commence dès la cour de récré en sensibilisant les plus jeunes. Pari réussi pour cette première lecture tendre et émouvante qui évoque aussi en filigrane le sujet des réfugiés. Un beau message peace and love à partager sans modération!

Le jour où papa s'est remarié - Guillaume est vraiment dans la lune aujourd'hui. Qu'est-ce qui le tracasse? Serait-ce le fait que son papa va se remarier… avec un mari, comme nous l'apprend Héléna? Chacun y va de son petit commentaire… Deux hommes ensemble, est-ce dégoûtant? Guillaume sera-t-il lui aussi homosexuel plus tard? Mais le questionnement de Guillaume est autre. Ce qui le préoccupe, c'est comment on fait pour avoir des bébés quand on est homo? Parce que le petit garçon est sûr d'une chose: homo ou pas, quand il sera grand, il veut être papa! Avec sa bienveillance coutumière et son grand sourire, Madame Okili laisse ses élèves discuter et échanger librement. Orientation sexuelle, hétéros, homos, divorce, filiation, en voilà des sujets qui déchaînent les passions! Ils sont ici éclairés par les dialogues toujours très vivants et très animés entre les enfants et par les explications très claires de la maîtresse qui sait recadrer les débats avec pertinence. Une vraie lecture d'utilité publique!

Véronique Benay, Librairie Sorcière La Boîte à Histoires à Marseille