samedi 18 mars 2017

Voyage voyage....


(C’est bon ? Vous l’avez bien dans la tête la chanson pourrie ? C’est cadeau.)
Quittons travail, famille et patrie, laissons là les enfants, les maris, les amants et partons.
Oui, partons le cœur en bandoulière et la valise à la main.
Ou bien l’esprit libre et les mains dans les poches si vous êtes comme moi en phase de décroissance (et quand on est libraire, croyez-moi, on décroit très facilement).
Bref sans plus attendre partons en voyage.

En effet est-il plus belle aventure que le voyage, celui qui nous pousse à sortir de notre zone de confort, nous invite à des expériences inédites, nous ouvre à des cultures différentes et nous permet de rencontrer l’autre ? N’est-ce pas d’ailleurs un peu nous mêmes que nous partons chercher quand nous partons en voyage ? (Je suis en train de lire du Christophe André, je sais pas si ça se voit).

Le voyage depuis la nuit des temps fait pour ainsi dire partie de notre ADN.
Mais cet élan qui nous pousse à partir n’a pas toujours été synonyme de loisir ou de villégiature. C’était bien au contraire une nécessité si l’on remonte aux temps préhistoriques où les hommes devaient sans cesse se déplacer et parcourir des kilomètres pour assurer leur survie. Si le développement de l’agriculture les a sédentarisés, le besoin de commercer les a peu à peu poussés à partir pour échanger leurs marchandises.

De grandes routes furent ainsi ouvertes au cours des siècles, la route de l’encens, la route de la soie ou du sel où des biens précieux étaient échangés. Ces voyages de négoce ont poussé les hommes à entreprendre de plus grandes expéditions pour ouvrir de nouvelles voies maritimes et conquérir de plus vastes territoires.
Ce fut les temps des explorateurs célèbres, des premiers tours du monde et des grandes découvertes pour le meilleur, comme l’élaboration des premières cartes de géographie, la découverte de  denrées inédites et d’animaux inconnus et pour le pire évidemment avec des populations autochtones colonisées et réduites en esclavage.

Au fil des voyages, la connaissance du monde s’affine, et les idées circulent en même temps que les gens, permettant à la philosophie, à l’art, à la science, bref à tous les champs de la connaissance de faire des pas de géant. 
C’est ce large panorama des voyages à travers les âges et les lieux que dresse ce documentaire singulier, illustré avec douceur et style par le trait de Barroux. J’aime décidément beaucoup son travail, les contours un peu flous, les silhouettes souples et cette palettes d’ocres et de beiges qui nimbe les paysages de lumière. Le texte très informatif reste fluide, très agréable à lire et l’ensemble se parcourt du coup comme un album.

Intéressant d’aborder ainsi le thème du voyage, non ? A noter que Mister Barroux a également commis un autre livre sur ce même thème du voyage mais chez un autre éditeur. Il s’agit d’un bel album sans texte et dessiné au trait qui nous invite à suivre les tribulations d’un globe-trotter par monts et par vaux, en train, en bateau ou à pied. 
Nous cheminons avec lui au gré des pages qui se déploient en fresque dans cet élégant format que l’on nomme leporello quand on est pro.
- Comment s’appelle déjà ce type de livre qui se déplie comme une frise ? me demandait tantôt une cliente avisée.
- Un vaporetto, ai-je répondu sans sourciller (bravo la  crédibilité professionnelle).

Mea culpa, je n’étais pas au top de ma forme, mais comme dirait l’autre, la France est plus grande que mes erreurs, hein (ah ah qu’est-ce qu’on rigole).

Bon voyage à tous !

Véronique Benay - Librairie la Boîte à Histoires à Marseille

Histoire de voyager. Texte d’Ingrid Thobois. Illustrations de Barroux . Editions Kilowatt. Collection Histoire de …16.50 €.

Voyages. Illustré par Barroux. Editions A pas de loups. 17,00 €.