Étrange et envoûtant: La nuit quand je dors… - lu par la librairie Pages d'Encre


Voilà un album aussi étrange qu’envoûtant.
Arrive le soir, et notre petit héros s’endort sous de douces couvertures.
Dès lors, le rêve commence, et le voici à la fenêtre, prêt pour un voyage extraordinaire qui va durer toute la nuit.
Là, le voici à courir la campagne sous l’œil des animaux de la nuit.
Là encore, la réalité laisse place à l’étrange, et les personnages prennent des allures d’ogres, de vampires-parapluies, de chimères et autres sirènes. Notre petit homme parcourt le(s) monde(s) où tout se mélange. Parfois tout est calme, paisible et coloré, parfois le danger guette et il faut agir vite, sans se soucier du réalisme des situations.
Il y a des moments troublants, étonnants, inquiétants, loufoques, fantaisistes, mais nous sommes dans un rêve, alors tout est possible, tout est permis.
Et puis il y a ce personnage (Homme ? Femme ?) avec ses champignons qui illuminent l’obscurité…
Que se passerait-il si le petit homme en mangeait un ? Pour voir ?…
Un album sans texte, décalé, enchanteur, étrange, poétique, magnifique !

Soizic, librairie Pages d'Encre à Amiens
La nuit quand je dors - Ronald Curchod - Illustrations Ronald Curchod - Éd. du Rouergue

«Lire est un garde-fou contre la haine et l’ignorance» - une interview d'Alain Serres

La maison d’édition d’Alain Serres ne se trouve pas au centre de Paris mais en banlieue, à Voisins-le-Bretonneux dans Les Yvelines. C’est une maisonnette aux volets verts, avec une petite cour à l’arrière, qui abrite un olivier. (Portrait: Alain Serres croqué par Zaü, été 2013, sur la plage de Cabourg lors de la Journée des oubliés des vacances organisée par le Secours Populaire, pendant laquelle, comme chaque année, Rue du Monde a offert 5000 livres aux enfants qui bénéficiaient de cette bienheureuse virée au bord de la mer - voir la vidéo en bas de page)

Dans la maison d’Alain Serres, sise rue du Monde, la suractivité est permanente, ambitieuse, enthousiaste, consciencieuse et productive… Aussi quand on tient dans ses mains un livre des éditions Rue du Monde, on perçoit immédiatement le soin apporté à sa création, qu’il soit question du choix des textes et des sujets abordés, des illustrations, des formats des ouvrages ou du papier. Et c’est parce que ses livres parlent vraiment aux enfants et les considèrent comme de véritables personnes que nous avons invité Alain Serres lors de la dernière Quinzaine des Librairies Spécialisées jeunesse. Et que nous avons eu très envie de partager avec vous ce que, à cette occasion, il nous a raconté de sa propre histoire, de celle de sa maison d’édition, et de sa vision de livres jeunesse qui seraient aux enfants ce que sont les ailes aux oiseaux.

SEVERINE GADIER: Votre maison marche sur sa dix-huitième année. Revenons un peu sur ses origines, sur votre parcours…

ALAIN SERRES: J’ai grandi entre Pyrénées et océan Atlantique, dans une famille modeste, mais jamais désespérée. Et comme l’école ne m’était pas antipathique, je suis devenu enseignant, rêveur et optimiste. Me voilà donc propulsé, à vingt ans, dans une grande cité de Mantes-la-Jolie, au Val-Fourré! J’ai été d’emblée confronté à toutes les questions qui me taraudent toujours aujourd’hui: autour du partage équitable de l’accès au plaisir de lire et à la culture, par exemple. Sur le rôle émancipateur de la lecture ou sur celui du lecteur, créateur de sa propre lecture. Mais aussi sur les injustices ou le racisme. Au moment où je découvrais les enfants de ces quartiers défavorisés, le livre jeunesse bouillonnait; des problématiques nouvelles étaient enfin abordées, des rapports texte/image bouleversaient les routines, et des éditeurs comme Jean-Pierre Delarge, Christian Bruel, Harlin Quist refaisaient le monde… de l’album, sur les chemins déjà ouverts par des maisons comme La Farandole. Il y avait aussi Pierre Marchand qui inventait Gallimard Jeunesse… Tout cela m’a passionné.

Ce bouillonnement a stimulé votre désir d’écrire?
Il l’a même déclenché! Je reconnaissais dans ce mouvement beaucoup de mes envies de refaire le monde… en vrai, ou tout au moins de profondément le repenser. J’ai tenté d’y apporter ma goutte d’encre. J’ai donc écrit mes premières histoires pour les enfants de ma classe de petits; un homme en maternelle, c’était rarissime en 1978 (mais sûrement plus simple que d’être une femme dans la métallurgie!). Et j’ai eu la chance que des éditeurs aient très vite eu envie de les publier. Précisément Pierre Marchand et les éditions La Farandole. C’était il y a un peu plus de trente ans. Voilà comment les étincelles de la littérature jeunesse ont mis le feu à ma créativité. Et si Rue du Monde existe aujourd’hui, c’est parce que tout ce chemin-là a existé au préalable et que j’ai pu aussi voyager, parcourir le monde avec une absolue gourmandise. Sinon, je ne ferais pas les livres que nous publions aujourd’hui. Et notre Rue ne serait jamais venue au monde!

Et le passage à l’édition?
Rue du Monde n’est ni un projet de start-up ni un concept livré clés en main par les anges du marketing. Ce n’est qu’un long chemin qui a fini par m’imposer cette idée! Ainsi, après une cinquantaine de livres, publiés chez mes premiers éditeurs puis chez Syros, Casterman, Pastel, Albin Michel… Cheyne bien sûr, j’ai constaté que le monde de l’édition commençait à trembler sévèrement sous l’appétit des grands groupes. J’ai alors commencé à rêver un espace éditorial indépendant, peuplé des livres qui correspondaient à la vision que j’avais de l’enfant, une personne que l’on devrait beaucoup plus considérer comme un être social à part entière. Une personne en construction (comme d’ailleurs le sont aussi les adultes) avec laquelle on peut partager la complexité de nos vies, partager le pouvoir d’imaginer, de créer, de percevoir poétiquement les réalités du monde. Et Rue du Monde a osé pointer la tête… en toute ignorance de la montagne de travail que cela représentait.

Mais comment avez-vous pu publier les premiers livres?
Sans moyens, j’ai dû imaginer… un autre moyen! En 1996, j’ai donc proposé une formule de préachat des premiers livres, une sorte de souscription. Mille «abonnés» ont reçu nos quatre premiers titres. Ce démarrage original s’est fait en accord avec l’Association des libraires spécialisés jeunesse, qui ont été les seuls à diffuser les tout premiers livres de Rue du Monde, avant que nous trouvions un diffuseur, Harmonia Mundi. L’année suivante nous avons pu passer à la vitesse supérieure: la présence de nos livres dans toutes les librairies du pays. C’est toujours avec une réelle émotion que je rencontre des bibliothécaires ou des enseignants qui ont souscrit à l’époque pour donner vie à nos premiers ouvrages, c’est-à-dire à la maison d’édition.

Quelle est la réalité d’une maison indépendante aujourd’hui?
On ne parle pas assez avec les parents ou les enseignants de nos lecteurs des réalités économiques de la chaîne du livre. D’ailleurs souvent les acteurs eux-mêmes de cette chaîne, auteurs, illustrateurs, éditeurs, papetiers, imprimeurs, façonniers, ont des représentations erronées concernant les autres «maillons». Je crois que la crise ne doit pas nous faire perdre de vue la question essentielle qu’il nous faut affronter ensemble: pourquoi et comment faire pour qu’il y ait davantage de livres dans davantage de mains? Il le faut parce que c’est d’abord un enjeu démocratique clé: lire est un garde-fou contre la haine et l’ignorance, un stimulateur déterminant pour l’esprit critique d’un pays et bien sûr un engrais idéal pour le jardin de notre fragile humanité. Or, chaque trimestre, on constate une baisse de la fréquentation des librairies, même si ceux qui y viennent sont en mesure de dépenser un peu plus. Les libraires indépendants en souffrent gravement. Et il existe encore des collectivités locales qui préfèrent acheter des livres à des grossistes nationaux plutôt qu’aux vrais libraires de leur territoire! De leur côté, des éditeurs limitent leurs audaces au détriment des projets les plus originaux et, pour les plus petits, la ligne rouge menace. De nombreux imprimeurs ou relieurs battent aussi de l’aile ou disparaissent (nous le vivons) parce que le niveau des tirages baisse et les commandes se délocalisent… Quant aux auteurs et illustrateurs, beaucoup vivent mal et voient leurs titres très vite disparaître des catalogues.

Vous pensez que ce repli n’est pas une fatalité?
Quand seulement 12 % des Français fréquentent une bibliothèque, que près de la moitié de nos concitoyens n’achète pas un seul livre de l’année (même pas celui sur Johnny Halliday ou DSK!), on se dit que le monde du livre, chacun de ses maillons, aurait beaucoup à gagner d’un grand projet national autour de la lecture. A-t-on d’autres choix possibles? À l’heure où les ministères et institutions focalisent leurs regards sur la question du numérique, où une écrivaine de qualité est aux manettes de la culture, n’a-t-on pas un élan à inventer? Cela coûterait trop? Mais cela créerait aussi tellement d’activités, et de lecteurs pour la vie! Et puis nous attendons toujours une formation tonique des enseignants sur le livre, des moyens pour l’école et les associations afin que les enfants soient, tous et très tôt, des bébés-nageurs dans des piscines de lettres et d’images!

Face à cette crise, comment la Rue du Monde poursuit-elle son chemin?
Nous faisons beaucoup d’efforts: pour imprimer en France, dans des conditions écologiques optimales, pour ne pilonner aucun livre, garantir leur disponibilité au fil des années et pour garder toutes nos ambitions éditoriales… Mais jusqu’à quand? Des rapprochements ne vont-ils pas être nécessaires? Y a-t-il des alliances nouvelles à inventer? Nos équilibres se font autour de trois mille à trois mille cinq cents exemplaires par titre en moyenne, mais bon nombre de nos titres n’atteignent pas ce seuil, et ce sont parfois les meilleurs de nos titres. Heureusement, nous avons quelques très beaux succès à Rue du Monde, et c’est ainsi que nous réussissons à maintenir nos équilibres et nos programmes. C’est sûrement grâce à notre travail acharné, avec nos auteurs, pour partager notre projet éditorial. Au travail décisif de nos représentants et du réseau de la librairie indépendante qui nous porte activement et à l’engagement de tout le tissu associatif qui a perçu des perches tendues par nos livres pour travailler avec les enfants. Sans ces relais, Rue du Monde n’existerait plus depuis longtemps!

Rue du Monde «existe» aussi à l’étranger?
Notre parcours commence à faire briller les yeux d’autres éditeurs, loin d’ici parfois. Ainsi quand Terrible, album illustré par Bruno Heitz épinglant les papas machos, équipe désormais les écoles du Mexique, et sort en plus dans une petite maison audacieuse… en Iran! notre travail prend du sens et de l’ampleur. Certains éditeurs, à Taïwan ou au Brésil, au Portugal ou en Chine, voient qu’il est possible de faire de tels livres, alors ils essaient de s’y atteler. Il n’y aura bientôt plus que les médias français qui n’auront pas compris la vitalité du livre jeunesse dans notre pays!

S’engager c’est bien sûr renoncer à une position de spectateur du monde. Votre catalogue est pour nous comme une marmite de créativité et d’originalité, comment travaillez-vous avec les auteurs et les illustrateurs?
Nous sommes vigilants pour mener des projets, certes porteurs d’une parole humaniste, mais qui soient d’abord d’authentiques productions littéraires et artistiques. Et notre engagement, il est d’abord celui-là: avoir une visée haute de l’enfance, une vision ambitieuse de la place d’un enfant dans le monde d’aujourd’hui, et de ce qu’un artiste authentique peut partager avec lui. Les droits culturels des jeunes sont souvent négligés, pourtant un enfant est, de plus en plus tôt, un citoyen, qui consomme, qui reçoit des images du monde, qui élabore une pensée avec ses parents et ses copains, ses enseignants et ses lectures. Et c’est parce qu’il est cet enfant-là que nous pouvons lui dire avec Pef et Daeninckx Il faut désobéir ou Ceci est un poème qui guérit les poissons avec Jean-Pierre Siméon. Mais si nous pouvons le faire, c’est surtout parce que ces trois auteurs sont d’authentiques créateurs! Ni des moralisateurs bien pensants ni des «éducateurs-écrivants». Avec les auteurs et illustrateurs de Rue du Monde, nous travaillons beaucoup. Dès que le chantier d’un livre est ouvert, c’est comme un match de ping-pong, des échanges riches, des allers-retours nombreux. Mais un seul vainqueur: le livre! Et plus le texte d’un livre est bref, plus il mérite de soin, de questionnements… parfois jusqu’à la dernière minute, avant le départ chez l’imprimeur. Nous avons la chance de travailler soit avec de jeunes illustrateurs demandeurs et curieux, soit avec de grands noms de l’illustration qui savent garder tout au long de leur cheminement professionnel un certain doute, une belle capacité à se remettre sans cesse en question. Je pense, par exemple, à Zaü qui a la modestie d’un débutant et le talent d’un grand monsieur de l’image.

Recevez-vous beaucoup de projets?
Nous devons en recevoir entre mille cinq cents et deux mille chaque année (nous publions trente livres environ!). Beaucoup de ces projets nous tombent des mains car ils font la leçon aux enfants. Ce sont souvent des livres d’un autre siècle ou parfois, pire encore, comme une thérapie pour leur auteur… Et puis une découverte arrive, un nouvel auteur (trop rare!), un jeune illustrateur comme Solenn Larnicol, dont nous avons déjà publié quatre livres… Mais nous sommes aussi très souvent déclencheurs d’idées de livres ou bien nous rebondissons sur une image vue dans un atelier ou une esquisse qui allait partir à la corbeille. Je me demande comment nous allons pouvoir réaliser tous les beaux livres qui galopent dans nos têtes!

Vous apportez beaucoup de soin à la fabrication du livre, de sa conception au choix du papier, en passant par l’impression, c’est devenu rare une telle maîtrise?
Nous apportons en effet de l’attention à chaque détail, le format en harmonie avec le projet, le toucher du papier, un grammage substantiel, une photogravure juste… Cela, ajouté à la fabrication française, donne parfois des livres plus chers que ceux de nos confrères. Si on a pu s’autoriser ces exigences, cette éthique, dès le début de Rue du Monde, c’est sûrement parce qu’il y a, en France, un réseau très dense de lecture publique et qu'il existe de nombreuses bibliothèques d’école. Ainsi nos livres peuvent arriver dans presque toutes les mains, même les moins fortunées. Globalement, le livre jeunesse français présente une production de grande qualité. Il est une magnifique vitrine de la vie culturelle du pays. Beaucoup nous envient.

Propos recueillis par Séverine Gadier, librairie Jean-Jacques Rousseau, Chambéry - 2013



Ne ratez aucun de nos conseils de lecture ! Chaque matin, la Sorcière vous informe par mail des deux critiques du jour :-)

Découvrez sur ce site quelques uns des livres conseillés dans nos librairies