22/10/2014

Moi, Malala - lu par La librairie La Courte Échelle


En 2013, la Parlement Européen lui avait décerné le prix Sakharov pour la liberté de l'esprit, qui récompense "des personnalités exceptionnelles qui luttent contre l’intolérance, le fanatisme et l’oppression". Vendredi 10 octobre 2014, Malala Yousafzai, 17 ans, est devenue la plus jeune lauréate du prix Nobel de la Paix. La jeune Pakistanaise partage cette distinction avec l'Indien Kailash Satyarthi, militant des droits des enfants et fondateur de l'organisation Bachpan Bachao Andolan.

Malala Yousafzai se bat depuis l'âge de 12 ans pour les droits à l'éducation et à la scolarisation des enfants au Pakistan et dans le monde entier. "Nos livres et nos stylos sont nos armes les plus puissantes. Un enseignant, un livre, un stylo, peuvent changer le monde" déclare-t-elle avec force devant l'assemblée générale de l'ONU en juillet 2013, après avoir survécu à une tentative d'assassinat au Pakistan l'année précédente. "Les Talibans ont pensé que la balle qui m'a touchée nous pousserait à nous taire, mais ils ont eu tort. Au lieu du silence, une clameur s'est élevée. Ils ont pensé changer mes objectifs et mes ambitions, mais une seule chose a changé: la faiblesse, la peur et le désespoir ont disparu et le courage et le pouvoir sont nés. Je suis la même Malala. Mes ambitions, mes rêves et mes espoirs sont les mêmes."

L'histoire de Malala a été racontée sous ce titre par Viviana Mazza, dans un livre édité chez Gallimard Jeunesse. L'adaptation jeunesse de l'autobiographie Moi, Malala, je lutte pour l’éducation et je résiste aux talibans vient de paraître chez Hachette Romans.

Librairie La Courte Échelle à Rennes

Moi, Malala - Malala Yousafzai  et Patricia McCormick, traduit par Michel Laporte - Éd. Hachette Romans, coll. Ariane

Rencontre avec Valéria Vanguelov, éditrice chez Grasset Jeunesse


Entre choix audacieux et rééditions de classiques, Grasset-Jeunesse, «une maison dans la maison Grasset», allie la valorisation de son fonds à la recherche de nouveaux talents. Pour vous en parler au mieux, j’ai rencontré Valéria Vanguelov qui dirige le secteur depuis maintenant quatre ans (par Vanessa Sauvage, librairie Pages d'Encre à Amiens - Article publié en 2013 - Illustration : portrait de Valéria Vanguelov dans le carnet de Pierre Cornuel ©)
La première fois que nous avons rencontré Valéria Vanguelov, c’était à l’occasion d’un petit livre atypique qu’elle venait de publier et pour lequel nous avions ressenti beaucoup d’enthousiasme: La Boulangerie de la rue des dimanches. Ce texte décalé, bourré d'humour et de poésie – un vrai petit bijou, nous l'avons dit alors – est emblématique de l’amour inconditionnel que cette maison et son éditrice portent au fonds comme à la forme. Chacun des livres publiés est ainsi le fruit de coups de cœur et de rencontres, puis d'un travail commun où auteur, illustrateur, éditeur, graphiste, fabricant et imprimeur, avancent main dans la main pour arriver au résultat qui conviendra le mieux au projet. «La relation que nous entretenons avec le livre, nous avait confié Valéria à l’époque, est celle de parents avec un enfant qui vient au monde entouré du plus d'amour possible, de manière qu'il puisse disposer des meilleures assises pour ensuite voler de ses propres ailes.» Amour, naissance, enfance et devenir... la métaphore ne semble pas trop forte pour définir la façon de travailler de Grasset-Jeunesse.

VANESSA SAUVAGE: Alexis Galmot et Till Charlier, l’auteur et l’illustrateur de La Boulangerie, Laurent Gapaillard, l’illustrateur de Le Yark dont le succès ne se dément et dont on pourrait bientôt découvrir l’adaptation animée… Il semble que beaucoup de vos auteurs publient pour la première fois?

VALERIA VANGUELOV: Le texte de La Boulangerie est arrivé par la poste. Alexis Galmot n'avait effectivement jamais publié, et Till Charlier, était venu quelque temps auparavant, tout timide, nous montrer son book sur un salon du livre… Pour Laurent Gapaillard, qui a mis Le Yark en images et dont le travail a quelque chose d'assez dément, c’était aussi le premier livre. Cécile Hennerolles, qui signe le texte délicat de Vladimir et Clémence, dans la même collection, publie elle aussi pour la première fois – nous l'avons connue grâce au flair de libraires amis communs! Les rencontres avec ces auteurs et illustrateurs ont toutes été très fortes. Venant d’un monde extérieur à celui du livre, ils apportent une expérience autre que celle du monde du livre, et cette forme de candeur est précieuse.

Elle contribue à permettre la rencontre, dans leurs livres, d’univers étonnants et particuliers dont ils témoignent?
Oui, et c'est passionnant de «détourner» les savoir-faire qu’ils portent en eux! Dans le charme de Vladimir et Clémence, que vient soutenir le travail tout en finesse d'Anna Boulanger, on sent, à travers l'attachement au passé, à ses objets et aux souvenirs, le travail que son auteur a longtemps fait sur des archives. Dans les dialogues de La Boulangerie, impossible de passer à côté du fait qu’Alexis Galmot travaille notamment sur les films de Klapisch et qu'on lui doit des répliques devenues cultes, comme celles du Péril jeune. Quant au Yark, les décors et les cadrages des illustrations viennent du travail que Laurent Gapaillard a l'habitude de réaliser pour le cinéma, comme le texte vif et enlevé de Bertrand Santini, scénariste et réalisateur... Ce sont ces différentes influences qui se mélangent pour créer des livres singuliers.

Ce soin apporté à vos nouveautés se retrouve dans celui que vous mettez à redonner vie à des classiques de votre catalogue. Ainsi, vous avez fait travailler des illustrateurs contemporains sur les textes de Pierre Gripari, entrés dans notre patrimoine littéraire, qui continuent d'enthousiasmer les nouvelles générations.
Marier les histoires de Gripari aux illustrations de Laurent Gapaillard, Till Charlier, Guillaume Long ou Serge Bloch est venu soutenir l'aspect moderne de son œuvre, et l'accueil fait à cet hommage en format poche a été unanime. Mais à côté de cela, saluer le travail de Claude Lapointe sur les Contes de la rue Broca et les Contes de la Folie-Méricourt en publiant de nouvelles éditions dans une maquette plus actuelle, est évidemment très important pour une maison historique comme la nôtre.

Ainsi, vous poursuivez une réelle politique d'auteurs?
Outre la quasi totalité des textes jeunesse de Pierre Gripari, nous publions des auteurs-illustrateurs comme Peter Sís, et des collections comme Monsieur Chat – Il était une fois, créée par Étienne Delessert. De tels ouvrages ont marqué l'histoire de la littérature jeunesse, et nous sommes fiers de continuer à les défendre. Notre défi est à présent de trouver d'autres univers aussi enchanteurs, novateurs et forts, et de les suivre. Par exemple, nous avons publié le premier album qu'a illustré Sylvie Serprix, et aujourd'hui, nous venons de faire ensemble son premier livre en tant qu'auteure-illustratrice, Le Rendez-vous de Valentin, un hymne à l'amour qui s'inscrit dans la lignée des «amoureux» de Peynet.

Parmi ces incontournables qui ont contribué à la renommée de Grasset-Jeunesse, dans vos récentes rééditions, quelle joie d'avoir retrouvé les ouvrages de Raymond Briggs!
Sacré Père Noël ou Le Bonhomme de neige sont des livres qui se transmettent de génération en génération. C'est toujours tellement émouvant de voir les parents acheter ces ouvrages qui ont marqué leur enfance, les yeux pétillant par avance de pouvoir les partager à leur tour avec leurs enfants! Et puis nous avons réédité Les Aventures d'Alice au pays des merveilles illustrées par Nicole Claveloux. Depuis sa première parution en 1974, on ne compte plus les expositions autour de cette édition devenue elle aussi une référence en littérature jeunesse.

Et Bonne nuit Eddie, cet album à la couverture... noire ?
Il est né de la complicité de deux sœurs, Amélie et Estelle Billon, façonné par leurs souvenirs de petites filles. Un album imprimé en noir et blanc, qui célèbre l'imaginaire et la créativité de l'enfance. Proposer des livres avec pas ou peu de couleur, comme celui-ci, ou Le Yark et L’Étrange réveillon de Bertrand Santini et Lionel Richerand, offre encore plus de place à l'imaginaire. Le noir n'effraie pas, bien au contraire, il permet d'explorer l'ombre et la lumière.

On dirait que vous vous amusez à donner vie à tous ces livres... Il n'y a qu'à voir la façon dont vous les présentez dans votre nouveau catalogue!
Le plaisir est un élément essentiel de notre démarche, et de nos choix éditoriaux. S'il n'est pas à la base de la création, il ne peut pas se transmettre et s'offrir ensuite au lecteur. Nous avons voulu proposer un catalogue qui adopte la forme d'un magazine, avec des publicités détournées, des vraies et des fausses interviews, des petites annonces, pour qu'il soit le reflet de la richesse de notre fonds et de l’originalité de nos nouveautés. C'est également un formidable espace de liberté pour notre directrice artistique, Alice Nussbaum – en remerciement de l'implication et du renouvellement dont elle ne cesse de faire preuve. Encore une histoire de rencontre…

Propos recueillis par Vanessa Sauvage, Librairie Pages d'Encre, Amiens - septembre 2013
Blog de Grasset Jeunesse

Chaque matin, une Sorcière dans votre boîte mail !

Chaque jour, une de nos librairies vous présente un livre jeunesse. Pour recevoir cette critique par mail, entrez votre adresse ici

Découvrez sur ce site quelques uns des livres conseillés dans nos librairies

RETROUVEZ D'AUTRES CRITIQUES DANS NOTRE REVUE. DEMANDEZ-LA À VOTRE LIBRAIRE SORCIÈRE !

Cliquez sur l'image pour consulter les articles relatifs à ce numéro